L’animal et la mort de Charles Stepanoff

Le dimanche matin, dans le champ qui fait face à ma fenêtre, je vois passer des hommes vêtus de gilets fluos, qui portent des fusils. De temps en temps, un coup de feu, des aboiements. Je ne me suis jamais vraiment intéressée à cet étrange ballet un peu effrayant (et si une balle perdue arrivait dans le jardin ?), mais depuis quelques temps, mon regard est plus curieux, et peut-être un peu moins empreint de préjugés. Il faut dire que voilà quelques semaines que je suis plongée dans la lecture passionnante de l’Animal et la mort, un essai paru cet automne aux éditions La découverte de l’anthropologue Charles Stepanoff. On connaissait plutôt celui-ci sur le terrain de la Sibérie, mais confinement oblige, il s’est intéressé à des chasseurs différents, ceux qu’on croise dans les bois du Perche ou de la Beauce. L’ouvrage commence par un travail d’observation et de terrain, où l’on suit en détail les pratiques des chasseurs et des militants anti-chasse. Leur conception de l’animal est décortiquée, et les différents types de chasses sont replacés dans leur contexte historique. C’est passionnant. On comprend comment les désastreuses politiques agricoles depuis 70 ans on contribué à l’érosion de la biodiversité, bouleversant le paysage et conduisant à un élevage industriel du gibier qui modifie les manières de chasser. On suit l’encadrement du droit de chasse au 20ème siècle, qui transforme une pratique paysanne de subsistance en « sport ». Et on regarde d’un œil nouveau le combat qui oppose veneurs (chasse à courre) et militants anti-chasse. Dans la deuxième partie de l’ouvrage, Charles Stepanoff propose une histoire comparée de la chasse, explorant sa signification chez les chasseurs cueilleurs ou chez les seigneurs du Moyen-âge français. Et il dessine ainsi une histoire du rapport à l’animal et à la violence qui vient éclairer les conceptions modernes et parfois paradoxales du bien être animal, où pour soigner son chat de compagnie on lui donne du pâté provenant de la viande d’animaux élevés en batterie. Une lecture enrichissante qui rebat les cartes.

https://www.editionsladecouverte.fr/l_animal_et_la_mort-9782348068966

 

Elise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *