Cahier de poèmes 9#

La neige a ses rêves qu’elle ignore de tant tomber de ciel sur nous.
C’est une proche on peut l’appeler Neige la tutoyer très vite.
Mais un salut par amen d’elle et dire Flocon à chaque fois !
Flocon tu fonds sur le cœur de mon père, Flocon tu brûles à son front…
Beau neige voix blanche.

 

Valérie Rouzeau, Pas revoir suivi de Neige rien, « La petite vermillon », éditions de La Table Ronde, 2010 (réedition)

Illustration de l’article : Cuno Amiet, Paysage de neige, 1904

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *