Cahier de poèmes 7#

Cette nuit, j’ai pensé

que les étoiles chantaient

en m’éveillant aux accents d’une douce musique.

 

Mais c’était un accordéon

qui se glissait de chambre en chambre

et dans la nuit coupante,

froide, semait l’angoisse.

 

Je songeai à la lutte perdue,

aux prières, aux imprécations,

et longtemps l’écoutai chanter,

longtemps encore éveillé.

 

Robert Walser, Au clair de lune, 1909, trad. par Marion Graf.

Illustration de l’article, Karl Walser, sans titre, (illustrations pour 12 poèmes de Robert Walser)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *