Sommeils #2

Mon amour sais-tu que sous tes petites paupières et sur tes joues si rondes,

c’est le ciel, qui roule et roule et roule ?

et tous les nuages possibles

viennent friser sur ta nuque

*

Dans ta bouche les syllabes

ont des sens différents

et le ta de serviette

et le ma de fromage

et le grand to de loup

qui est aussi fourchette, pyjama et chaussure.

Jaillissant et précis, construit à ta mesure

le jour famillier, ombellifère éclose

étale ses mille coquilles.

*

Ce sont tes jambes, jambes gambettes

jetées douces, déterminées et dignes

le regard assuré tu avances

ton pas est chancelant et tout ton corps balance

petit homme, petite bête

mon enfant

*

Sous la peau gratte, le cœur gratte,

Et tes petites mains mon trésor ?

Elles sont pleines d’or !

Elise

illustration de l’article : Photographie d’André Kertesz

3 commentaires Ajoutez le votre

  1. Frédéric FELTGEN dit :

    Poésie du matin d’enfance, très belle et douce, merci Elise de nous faire marcher aux côtés des tout-petits.

  2. Coppalle dit :

    Bravo! Magnifique…. Bises Cathie

  3. Virginie FELTGEN dit :

    comme c’est BEAU !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *