Cahier de poèmes 14#

Trois personnages d’une banalité éprouvée s’abordent à des titres poétiques divers (du feu, je vous prie, quelle heure avez-vous, à combien de lieues la prochaine ville ?), dans un paysage indifférent et engagent une conversation dont les échos ne nous parviendront jamais. Devant vous, le champ de dix hectares dont je suis le laboureur, le sang secret et la pierre catastrophique. Je ne vous laisse rien à penser

« 
L’instituteur révoqué », René Char, Le marteau sans maître, 1934

 

Illustration du poème : Emil Nolde, Nature morte aux masques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *