Cahier de poèmes 4# –

Au fond de tout dort un cheval
blanc, un vieux cheval
aux longues oreilles, aux idées
courtes, préoccupé
par la situation, le pouls
de la vitesse est la mère qui l’habite : les enfants
le chevauchent comme un fantôme, ils le raillent, et lui il dort
endormi là debout sous la pluie, il
entend tout pendant que je trace ces onze
lignes. L’air d’un fou, il sait
qu’il est le roi.

Gonzalo Rojas, Au fond de tout dort un cheval, dans Nous sommes un autre soleil, choix de poèmes traduits de l’espagnol (Chili) par Fabienne Bradu, éditions Orphée / La différence, 2013

Dessin de Rose O’Neill, Man on Earth, 1921

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *